Protections collectives et individuelles

La loi préconise de s’équiper de protections collectives, lorsqu’un danger ne peut être éliminé ou que le risque ne peut être suffisamment. Et si les protections collectives ne suffisent pas, des équipements de protection individuelle doivent être fournis aux travailleurs.

  • Equipements de protection collectifs :
    Dans le cadre de cette pandémie, la distance est un facteur clé de prévention.
    C’est pourquoi le télétravail lorsqu’il est possible sera privilégié.

Lorsque les travailleurs doivent se rendre physiquement sur le lieu du travail, l’employeur veillera à ce qu’il soit possible de se tenir au minimum à 1m50 les uns des autres afin de réduire le risque de contamination.
Du marquage constituant des barrières visuelles peut être utilisé. Il s’agirait des marquages visibles au sol ou sur les murs servant à visualiser les distances à tenir, de ceux servant à la limitation des espaces individuels, du marquage du sens de déplacement sur le site pour éviter de se croiser, etc.

A côté de cela il y a des barrières physiques telles que des vitres (en verre ou en plexiglass).

  • Equipements de protection individuels :
    Le port du masque sera obligatoire sur le lieu du travail lorsque le respect de la distance physique n’est pas possible. Dans certaines circonstances ou la vue de l’expression de l’autre est indispensable (ex. logopédie, public mal entendant qui lit sur les lèvres, etc.) une visière en plexiglas sera recommandée.

Il existe différents types de masques et chacun offre une protection spécifique

Type Destination Illustration
Masque chirurgical : Évite de contaminer les autres par les gouttelettes émises par le porteur PNG - 34 ko
Masque artisanal en tissus ou en papier :
Protection limitée. Protège les autres contre les projections des gouttelettes émises par le porteur
PNG - 45.5 ko
Masque FFP1 : Il filtre au moins 78% des particules dans l’air. Protège le porteur des inhalations de poussières et autres grosses particules PNG - 53.7 ko
Masques FFP2 : Qui filtre au minimum 92% des particules dans l’air. Protège celui qui le porte de l’inhalation des virus, des bactéries PNG - 35.8 ko
Masque FFP3 : A partir de 98% des particules dans l’air filtrées. Protège contre les particules très fines telles que l’amiante, les particules provenant des aérosols PNG - 46.1 ko

Mais il faut garder à l’esprit que le port du masque n’est pas suffisant. Un lavage des mains régulier et les gestes barrières sont indispensables.
Des consignes relatives à la manière de porter son masque sont disponibles sur le site de l’OMS (si c’est l’option souhaitée).
1. Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
2. Vérifier que le masque n’est ni déchiré ni troué.
3. Orienter le masque dans le bon sens (bande métallique vers le haut).
4. Vérifier que la face colorée du masque est placée vers l’extérieur.
5. Placer le masque sur le visage. Pincer la bande métallique ou le bord dur du masque afin qu’il épouse la forme du nez.
6. Tirer le bas du masque pour recouvrir la bouche et le menton.
7. Ne pas toucher le masque pendant que vous le portez.
8. Après usage, retirer le masque en ayant les mains propres, enlever les élastiques de derrière les oreilles tout en éloignant le masque du visage et des vêtements afin d’éviter de toucher des parties du masque éventuellement contaminées.
9. Ne pas réutiliser le masque. Jeter le masque dans une poubelle fermée immédiatement après usage.
10. Après avoir touché ou jeté le masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon si elles sont visiblement sales.